L’examen du permis de chasser est organisé par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONF) avec le soutien et la collaboration des fédérations départementales des chasseurs.
Pour pouvoir y participer les candidats doivent souscrire un formulaire d’inscription auprès des fédérations départementales des chasseurs de leur département respectif. Les candidats doivent être âgés de 15 ans révolus le jour de l’examen. Après la réussite à l’examen du permis de chasser, le titre permanent du permis de chasser peut être obtenu à partir de l’âge de 16 ans. Les formations (théoriques et pratiques) sont obligatoires et dispensés par les fédérations.
L’Office national de la chasse et de la faune sauvage convoque alors les candidats à un examen unique qui va comprendre une partie pratique suivie d’une partie théorique.

Déroulement et programme de l’examen du permis de chasser

Exercice pratique 1

  • Évolution sur un parcours de chasse simulée avec tir à blanc

Le candidat est amené à franchir un fossé et/ou une clôture, arme en main, il doit respecter les règles de sécurité. Il doit bien entendu également tirer ou s’abstenir de tirer lors du départ de plateau d’argile propulsée de façon aléatoire soit sur une trajectoire présentant un danger (exemple : une voiture, une tête, une maison, une route ou bien même des silhouettes humaines symbolisées par des mannequins), ou sur une trajectoire ne présentant aucun danger.

Exercice pratique 2

  • Transport d’une arme dans un véhicule

Le candidat doit savoir disposer, dans un étui long ou un étui court, une arme à canons basculantes ou semi-automatiques pour un déplacement fictif en voiture.

Exercice pratique 3

  • Épreuve de tir à l’arme à canon basculante ou semi-automatique avec cartouches à grenaille sur plateau d’argile

Lors de cette épreuve six plateaux d’argile sont propulsés d’une fosse derrière laquelle le candidat est posté avec une arme à canons basculant ou semi automatique. Il doit alors choisir au début de l’examen le type d’armes, à canons basculant ou semi-automatique, avec laquelle il est évalué lors de cette épreuve de tir. L’un au moins d’entre ces plateaux est propulsé en direction d’une silhouette humaine pivotante se dressant face au candidat avant le tir.
Un au moins d’entre ces plateaux est de couleur rouge et symbolise un spécimen d’espèces d’oiseaux protégés dont la destruction est interdite ou d’espèces dont la chasse n’est pas autorisée.
Le tir sur l’un des plateaux propulsés en direction de la silhouette humaine ou de couleur rouge est éliminatoire.

Exercice pratique 4

  • Épreuve de tir à l’arme à canon rayé sur sanglier courant pour un tireur posté en battu

Le candidat est placé dans la situation d’un chasseur posté en battue et doit connaître les différentes phases de l’organisation de ce type de chasse.
Il effectue ensuite un exercice de manipulation de la carabine comportant un démontage et un montage de la culasse et un chargement déchargement de larmes.
Il doit tire à deux reprises sur une cible mobile symbolisant un sanglier quittant la traque, en respectant les règles de sécurité.
La transgression d’une règle de sécurité est éliminatoire !

Tout comportement dangereux au cours des exercices 1 à 4 est immédiatement éliminatoire et interrompt l’examen.

Le candidat doit faire preuve, au cours de l’exercice, d’une rigueur constante dans l’exécution des procédures de sécurité et de manipulation des armes, de vigilance et de respect de l’environnement de l’exercice. Son comportement général est noté au cours des exercices 1, 3 et 4.

Question théorique

L’épreuve théorique est composée de 10 questions une question éliminatoire portant sur la sécurité.

Le candidat doit être capable de :

  • Reconnaître les animaux présentés
  • Préciser si ces animaux appartiennent à une espèce chassable ou protégée
  • Indiquez si vous tirer ou non, compte tenu des conditions de sécurité

Attention : Il n’y a qu’une seule bonne réponse par question.

Pour pouvoir répondre, vous devez savoir que vous chassez :

  • Sur un terrain non clos de murs pour lequel vous êtes titulaires d’un droit de chasse (si le terrain est clos de murs, cela vous est précisé)
  • En période d’ouverture légale du gibier considéré (si la question porte sur une période de fermeture, cela vous est précisé dans l’énoncé)
  • Période dite « de jour » (si la question porte sur la chasse « de nuit », cela vous est précisé dans l’énoncé).

La question porte sur les thèmes suivants :

1. Connaissance de la faune sauvage et de ses habitats :

  • Reconnaissance des animaux d’espèces de gibier dont la chasse est autorisée ainsi que des espèces protégées ;
  • Connaissances élémentaires sur le régime alimentaire naturel, les mœurs, la reproduction, les niveaux de population des espèces de gibier dont la chasse est autorisée ;
  • Notions sur les prélèvements possibles de ces espèces ainsi que sur les modalités de repeuplement ;
  • Notions sur l’impact de ces espèces sur le milieu naturel et ses activités humaines.

2. Connaissance de la chasse :

  • Connaissance des différentes modalités et techniques de chasse :
  • Chasse devant soi ;
  • Chasse à l’approche et à l’affût ;
  • Chasse en battue du petit et du grand gibier ;
  • Chasse au gibier d’eau et aux autres gibiers migrateurs ;
  • Chasse à tir à l’arme feu ou à l’arc ;
  • Petite et grande vénerie ;
  • Vénerie sous terre ;
  • Chasse au vol;
  • Furetage ;
  • Connaissance et utilisation des chiens de chasse ;
  • Connaissance du vocabulaire cynégétique.

3. Lois et règlements concernant la police de la chasse et la protection de la nature :

  • Organisation générale de la chasse en France : conseil national de la chasse et de la faune sauvage, commission départementale de la chasse et de la faune sauvage ; Office national de la chasse et de la faune sauvage ; fédération nationale des chasseurs ; fédération régionale et départementale des chasseurs ; sociétés et associations de chasses ; association communale et intercommunale de chasse agréée ;
  • Espèce dont la chasse est autorisée ;
  • Espèce protégée ;
  • Espèce susceptible d’être classé nuisible ;
  • Territoires de chasse, baux de chasse, droit de chasse ;
  • Réserves de chasse et réserves naturelles ;
  • Permis de chasser ;
  • Période de chasse ;
  • Modes et conditions de chasse ;
  • Chasse maritime ;
  • Destruction des animaux d’espèces classées nuisibles.

4. Emploi des armes et des munitions :

  • Types et caractéristiques des armes ;
  • Notions sur le fonctionnement des fusils et carabines ainsi que des arcs autorisés pour la chasse en France, porté et danger ;
  • Connaissance des munitions, porté et dangers ;
  • Maniement des armes, règles de prudence, de sécurité, de politesse en action de chasse, lors de tout déplacement et lors du nettoyage et du rangement.

À l’issue de cet examen, le permis de chasser et remis immédiatement au candidat ayant réussi par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Il y aura des formalités annuelles, le permis de chasser pour être complet, doit être accompagné du titre annuel de validation et de l’attestation d’assurance. Sachant qu’une saison cynégétique commence le 1er juillet et se termine le 30 juin de l’année suivante.

On distingue deux validations annuelles, la validation départementale qui permet de chasser dans un département et les communes limitrophes des départements voisins. Et la validation nationale qui permet de chasser sur l’ensemble du territoire français.

À savoir : Lorsque vous souscrivez une assurance et que vous choisissez l’assurance chasse minimum obligatoire ne couvre pas les dommages matériels mais seulement les dommages corporels causés à autrui.

Important : en action de chasse, le chasseur doit être porteur de son permis de chasser, de sa validation et de son assurance et les présenter immédiatement à tous les agents assermentés à cet effet qu’il est lui demande.